27 Mars 2018 – Ciné-histoire : M, en compagnie de Michel Porret

Par Gabriel Cotte, doctorant, UQAM. 

On pourrait imaginer que des modernistes organisent une projection cinématographique afin de visionner pour une énième fois Barry Lyndon ou le magistral Danton. Or, l’événement organisé par le GRHS à la cinémathèque québécoise le 27 mars 2018 invitait plutôt les participants à discuter du film M de Joseph Losey (remake du fameux M le maudit de Fritz Lang). Cette œuvre met en scène à Los Angeles, dans les années 50, un meurtrier d’enfant, Martin Harrow, qui sème la panique et mobilise parallèlement les enquêtes de la police et de la pègre. Une fois le tueur hameçonné par les bandits, le spectateur découvre un homme torturé, posant ses gestes horribles dans l’espoir d’être puni. Et c’est à ce moment que le film pose l’ultime problème : quoi faire de cet ignoble personnage ?

Pour l’occasion, le GRHS a confié à Michel Porret, professeur d’histoire moderne à l’université de Genève et spécialiste d’histoire juridique, le soin de présenter le film et d’encadrer les discussions. C’est donc autour du problème social et institutionnel du droit de punir que M. Porret et les participants ont pu échanger.
D’abord, les réflexions se sont déployées dans une perspective comparative avec l’œuvre originale de Lang. Il fut donc question de la place du film de Losey dans l’histoire du cinéma, notamment des références au film noir et de leur signification en écho à l’expressionisme de Lang, mais également du sens de cette adaptation dans le contexte américain des années 50. En ce sens, si on peut voir dans M le maudit la montée du nazisme et le déclin de la république de Weimar en Allemagne à travers cette dualité opposant milieu interlope et police, il faut plutôt inscrire la reprise de Losey dans le contexte du McCarthysme qui sévit alors aux États-Unis. La paranoïa latente qu’illustre le cinéaste américain, les scènes où d’honnêtes pères sont pris pour des criminels et le devoir inquisiteur dont se dotent les passants font en ce sens écho au climat de suspicion qui règne dans le pays. Ainsi, au-delà de l’adaptation cinématographique, c’est la portée politique et sociale du film de Lang que Losey concrétise.

Ultimement, les crimes commis par le meurtrier, mais surtout les moyens entrepris par la pègre et la police, ainsi que le sort qu’on veut lui réserver, révèlent les dessous de cette société. Le discours de l’avocat de Marshall, le chef de la mafia, qui tente de raisonner la foule qui désire exécuter sommairement le meurtrier pose une question essentielle : à qui appartient réellement la faute ? Évidemment, Harrow est coupable, il réclame lui-même d’être puni, mais la pègre et les petits truands qui gravitent autour, ne portent-ils pas une partie du blâme aussi, ne sont-ils pas coupables d’avoir « détruit l’avenir des enfants » ? C’est d’ailleurs à ce moment que la police investit les lieux et rétablit son autorité en prenant avec elle le meurtrier. Le spectateur est donc confronté à une série d’interrogations d’envergure : qui détient le droit de punir ? comment articuler la dimension sociale et individuelle de la culpabilité ? Quoi faire avec un individu qui ne peut assurément pas être réhabilité dans la société ?
L’événement du GRHS à la cinémathèque québécoise, en compagnie de Michel Porret, fut donc l’occasion de visionner un film captivant et de partager des discussions enrichissantes tant d’un point de vue cinématographique qu’historique. Enfin, les réflexions dirigées par M. Porret ont mis en perspective la richesse des enjeux juridiques comme angle d’approche d’une société, qu’elle soit contemporaine ou passée.

Pour aller plus loin :
Joseph Losey, M, États-Unis, Columbia, 10 juin 1951, 87 minutes, noir et blanc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.