Appel à communication – Colloque étudiant international d’histoire de la guerre

Nicolas Handfield et Philipp Portelance, deux membres étudiants du GRHS, organisent en collaboration avec l’UQAM, l’UDEM et l’université McGill un colloque étudiant international consacré à l’histoire de la guerre et plus particulièrement au thème « De la violence à l’extrême : discours, représentations et pratiques de la violence chez les combattants ». Ce colloque se tiendra les 22 et 23 octobre 2018, au musée McCord-Stewart de Montréal.

Les jeunes chercheurs et jeunes chercheuses qui souhaitent soumettre une proposition de communication peuvent le faire avant le 15 juin 2018, suivant les modalités indiquées dans le fichier suivant :

Appel-à-communication-CIHMM-V9

 

13 avril 2018 – Conférence de Philippe Sainte-Marie : Criminalité et la délinquance des militaires de la Nouvelle-France

Par Gabriel Bourdeau et Marc-Eddy Lindor (Étudiants au Baccalauréat en Histoire, UQAM), dans le cadre du cours-atelier « Guerres, pouvoirs et société dans l’Europe moderne »

Le 6 avril, Philippe Sainte-Marie a présenté une conférence intitulée La Criminalité et la délinquance des militaires de la Nouvelle-France. Dans une approche croisant l’histoire sociale et l’histoire des mentalités, il s’est attaché à présenter les spécificités de la désertion en Nouvelle-France : ses causes, ses modes de régulation, ses conséquences, ainsi que sa gestion décentralisée qui contribue à l’émergence d’une élite civile et militaire. Le pouvoir de l’institution militaire en Nouvelle-France s’appuie en effet sur le rituel judiciaire qui jouit ici d’une grande autonomie. Le contexte colonial joue en effet en faveur d’une gestion délocalisée de la justice et de la grâce royale. Celle-ci permet en effet du conseil de guerre l’acquisition d’une autonomie décisionnelle offrant à ceux qui y siègent des avantages qui assure leur supériorité dans la société coloniale.

La lecture complémentaire des textes de Naoko Seriu « Fabriquer les sentiments : incitation au “regret” par l’autorité » et de Nicolas Fournier, « Punir la désertion en Nouvelle-France : justice, pouvoir et institution militaire de 1742 à 1761 », a orienté nos discussions vers l’intérêt de croiser les approches culturelle et sociale pour comprendre l’impact et la perception de la désertion; crime qui remet en cause l’ordre social lui-même en déniant le caractère sacré du serment dans un contexte colonial qui exacerbe ses conséquences militaires. Les échecs de la politique de répression et l’inflexion du système judiciaire initiée par des juristes comme Beccaria poussent néanmoins l’État à accroître la pression sur les soldats tout en adoucissant les peines. Il tente alors de jouer sur la culture de la « culture de la honte » et la culpabilité qui s’avèrent être, semble-t-il, des ressorts plus efficaces que la coercition et les châtiments exemplaires.

5 avril 2018 – Pascal Brioist, « La science, la guerre et les princes dans l’Italie des XV et XVIe siècles »

Par Juliana Michel, candidate à la maîtrise en histoire (UQAM)

Pascal Brioist, professeur à l’Université de Tours et spécialiste de l’histoire des mathématiques, des sciences et des technologies était invité ce jeudi 5 avril par le Centre Interuniversitaire de Recherche sur la Science et la Technologie (CIRST) et le GRHS, marquant de fait une première collaboration entre les deux instances de recherche.

Sa conférence, destinée à saisir en quoi sciences et guerres s’étaient mutuellement transformées au coeur de l’Italie renaissante, posait d’abord la question du patronage des sciences et des techniques. Au travers des bibliothèques et autres cabinets de curiosité, les princes participent à l’accumulation et à la construction d’un savoir fait de connaissances intellectuelles et techniques, attirant ainsi des savants qui n’hésitent pas à se mettre à leur service. D’après l’historien, toutes les sciences en lien avec la guerre sont favorisées : la géométrie sert l’art de la fortification, la physique celui de la balistique, sans oublier la médecine et la chirurgie qui sauvent les corps. Les princes, devenus experts en arithmétique et en géométrie, se forment auprès des ingénieurs et directement au sein des chantiers, car ce sont alors ceux qui y travaillent qui ont le savoir. De fait, pour P. Brioist, la science est transformée par la guerre. La proximité du monde artisanal et des chantiers favorise l’expérimentation et l’expérience de la guerre encourage la nécessité de précision – des tirs de canon, de la sécurité des armes, par exemple.

L’intervention de P. Brioist a suscité une intéressante discussion consacrée à l’usage réel des savoirs scientifiques. Sur le champ de bataille et sous le feu des canons, était-il réellement possible de calculer les meilleurs angles de tirs ou d’organiser des formations ? Pour P. Brioist, c’est certes une affaire de distinction : maîtriser des codes scientifiques permet à une élite de conserver l’aura du chef de guerre et de justifier son retrait progressif de la bataille vers l’arrière, au service de la stratégie plutôt que de l’action directe. Mais l’historien insiste pour rappeler que les savants et ingénieurs passent des années à automatiser des calculs et formules mathématiques, destinés justement à les rendre efficace immédiatement, au moment où ils sont le plus nécessaire.

4 avril 2018 – Café-histoire : Pascal Brioist. Léonard de Vinci, homme de guerre

Par Juliana Michel, candidate à la maîtrise en histoire (UQAM)

La librairie Zone Libre a encore une fois été le repère de quelques historiens et amateurs d’histoire, réunis mercredi 4 avril pour assister à une intervention de Pascal Brioist, spécialiste de l’histoire des mathématiques, des sciences et des techniques et professeur à l’Université de Tours (France). Il était attendu pour présenter son ouvrage Léonard de Vinci, homme de guerre (Alma, 2013) et la rencontre, organisée par Benjamin Deruelle (UQAM, GRHS), a permis de démystifier le célèbre peintre et inventeur en démontrant que la majeure partie de sa vie a été consacrée à la guerre, un pan largement délaissé par les biographes traditionnels.

Celui que P. Brioist refuse de considérer comme un « génie » – terme coupant net toute possibilité d’interrogation objective et d’étude contextualisée – est en effet essentiellement occupé par des activités liées à la guerre entre ses vingt et cinquante ans environ, soit entre 1470 et 1500. C’est dès son adolescence passée à Florence que Léonard de Vinci côtoie charpentiers, menuisiers, artificiers, autant de corps de métiers reconnus pour leurs savoirs techniques nécessaires à la guerre. À leurs côtés, il entre au contact de machines de guerre, dont il fait des dessins, tout en se confrontant à la lecture de traités militaires et scientifiques.

En se déplaçant ensuite à Milan, il est recruté pour ses savoirs techniques en 1582, à l’âge de trente ans, par le duc de Milan. Il se met à fréquenter tous les corps de métiers œuvrant pour la guerre : armuriers, mineurs, fondeurs, maîtres d’armes, arbalétriers. Devenu l’ami de Pietro Monte, il interroge avec lui les bases de la balistique. Pour P. Brioist, la particularité de de Vinci, c’est d’avoir été formé auprès des artisans : son savoir est donc avant tout technique, et son intelligence est de traduire celui-ci en principes physiques.

Avec les guerres d’Italie, de Vinci se met alors au service de Venise, avant de rejoindre César Borgia en 1502 à Florence, faisant de lui son « ingénieur général ». Au cours de cette mission, de Vinci fait face à de sanglants massacres, qui semblent être, selon P. Brioist, à l’origine de ses premières critiques sur la guerre, illustrées notamment par sa peinture murale La bataille d’Anghiari, non conservée, qui dénonce directement la brutalité et l’horreur de la guerre. P. Brioist voit dans cet exercice artistique un véritable exutoire pour de Vinci, qui à partir de 1505 environ, ne participe plus directement aux guerres. Il meurt en France en 1519, au Clos Lucé, près du château d’Amboise, demeure de François Ier.

La discussion qui a suivi l’intervention de P. Brioist a permis d’interroger notamment le choix d’une carrière d’ingénieur militaire de Léonard de Vinci : qu’est-ce qui le motivait ? Avait-il une vision politique ? Pour P. Brioist, il faut bien sûr comprendre que son savoir et son expertise uniques constituait ses atouts majeurs. De Vinci s’est largement enrichi en se mettant au service des puissants, mais il est certain qu’il était aussi attiré par le caractère performatif de la technique. C’était de plus, pour cet enfant bâtard, l’accession à une véritable reconnaissance sociale. Cependant, il est difficile de savoir si de Vinci avait une vision politique. Et si, pour P. Brioist, il est évident que l’ingénieur a fréquenté très régulièrement Machiavel au cours de son service auprès de César Borgia, aucun des deux n’a laissé de trace de leurs rencontres.

Pour aller plus loin :

Pascal Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013, 358 p. (en vente à la librairie Zone-Libre). [NB : une nouvelle édition sera disponible au cours des prochains mois].

– Patrick Boucheron, Léonard et Machiavel, Paris, Verdier, 2013, 224 p.

29 mars 2018 – Visite du Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale

Par Virginie Cogné, candidate au doctorat (UQÀM)

L’activité organisée par le GRHS en partenariat avec le Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale s’est déroulée pendant la journée du 29 mars. La journée s’est déroulée en deux temps, dans l’avant-midi nous avons visité les différents départements concernant les sciences judiciaires, tandis que nous avons assisté à une conférence de Michel Porret, professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève dans l’après-midi.

La journée s’est entamée avec un discours d’accueil prononcé par Yves Bob Dufour, directeur général. Le Laboratoire de recherche médico-légale est fondé en 1914 par le docteur Wilfrid Derome qui avait appris les sciences judiciaires à Paris. L’établissement change souvent de nom et d’emplacement, mais c’est en 1968 qu’il s’installe sur la rue Parthenais. Bien que le laboratoire soit dans le même bâtiment que la Sûreté du Québec, il est indépendant de tout corps policier. Son but est d’offrir des expertises objectives pour éclairer la justice de façon scientifique. Il est en partenariat avec plusieurs organismes et siège à des comités provinciaux et nationaux, en plus d’offrir une expertise de renommée internationale. Les experts du laboratoire sont parfois appelés sur les scènes de crimes ou lors pour des témoignages à la cour.

Par la suite, Y. B. Dufour nous a entraîné dans une visite des locaux qui s’étend sur la majeure partie de l’avant-midi. À chaque étape, nous sommes accueillis par un·e spécialiste nous présentant les espaces de travail et les possibilités offertes par leurs expertises respectives. Nous nous dirigeons d’abord les locaux d’autopsie où les corps y sont disséqués et observés. C’est aussi l’occasion de prélever des tissus qui sont envoyés aux autres spécialistes. Par la suite, nous visitons les départements d’anthropologie, de chimie, d’étude des incendies et des explosions, de balistique (en passant par le comptoir de données et de réquisition), de biologie, de toxicologie et d’alcoolémie, d’imagerie et de document. Chaque département possède des supports visuels appropriés.

L’après-midi était consacrée à la présentation de Michel Porret ayant pour titre « Les vestiges du crime. Enquête judiciaire et expertises médico-légales (XVIIIe siècle) ». M. Porret a donc proposé un exposé qui s’intéresse aux pratiques médico-légales avant l’établissement d’une médecine légale officielle. Cela implique de comprendre comment se rassemblent les savoirs et comment se transforme la pensée judiciaire de l’Ancien Régime.

Dans la théorie juridique du XVIIIe siècle, tout crime laisse une marque que le juge doit constater. Il importe d’avoir des preuves matérielles pour comprendre un crime puisque les témoignages sont souvent lacunaires et imparfaits. Les indices observés sur le corps, comme les signes d’empoisonnement, permettent aux intervenants d’avoir des certitudes. En outre, dès le XVIe siècle, la justice privée médiévale se transforme en justice d’État absolutiste. Cette réforme pénale entraîne l’obligation de la poursuite publique, donc la fin de la vengeance privée, mais surtout la mise en place d’une procédure inquisitoire avec un système d’établissement de la preuve de plus en plus naturaliste. Il s’établit donc une culture judiciaire qui tente de poser des réponses objectives.

En pratique, la procédure évolue concernant le traitement du corps. Aussi, une meilleure connaissance du corps permet aux chirurgiens de se distancier des croyances ésotériques : il n’est plus question de chercher des marques sataniques sur les corps. Enfin, malgré le coût élevé des expertises médicales, la justice de l’Ancien Régime n’hésite pas à faire appelle à des spécialistes. En outre, elle mobilise aussi d’autres experts qui, par exemple, reconstituent la scène de crime grâce à des croquis. En conclusion, la construction de la preuve devient de plus en plus matérielle dans le but d’assurer son objectivité. Il faut toutefois attendre le XIXe siècle pour voir apparaître une médecine légale officielle.

Les employé·e·s du laboratoire ont participé en grand nombre à cette communication et ont adressé de nombreuses questions à M. Porret, notamment sur les praticien·ne·s de la médecine légale, sur les types de cas traités à l’époque et sur l’autonomie des spécialistes par rapport aux autorités.

23 mars 2018 – Atelier « Jeunes chercheurs », animé par Mathieu Langevin

Par Mathieu Perron, doctorant en histoire (UQTR)

Le 27 mars 2018, les membres jeunes chercheurs du GRHS se sont réunis afin de discuter d’un texte soumis par Mathieu Langevin, doctorant au département d’histoire de l’UQÀM. Ce texte intitulé Le brigandage à l’aube des Lumières constitue le troisième chapitre de son mémoire de maîtrise déposé l’an dernier.

Partant du constat que le terme même de brigand est absent du corpus traité pour son mémoire, soit un millier de folios portant sur « l’affaire Nivet », cause célèbre portant sur un groupe de criminel d’envergure au début du XVIIIe siècle (1728-1730), M. Langevin a choisi de circonscrire les pourtours sociaux de ce que les autorités désigne comme une bande organisée sous la férule d’un chef charismatique, Philipe Nivet, un marchand et ravaudeur de bas. L’univers décrit est alors celui des gagne-deniers, de la soldatesque et des boutiquiers.

L’un des points ayant ressorti du texte et de la présentation de M. Langevin réside dans toute l’importance du contexte culturel de la Régence (1715-1723). Ainsi, il a été discuté de l’importance de l’effondrement du « Système de Law » dans la monté de l’angoisse sociétale; ce « système » en est un de spéculation financière pyramidale établi par un aventurier et joueur professionnel d’origine écossaise, John Law, afin de liquider la dette du Royaume de France, situation qui contribue à mener des petits investisseurs à tenter leur chance sur le marché boursier alors en émergence. On comprend que la méfiance des élites envers les violences provenant des couches inférieures s’alimente à cette atmosphère angoissée; on comprend aussi que l’Affaire Nivet n’a pas suscité la même publicité enthousiaste que l’Affaire Cartouche, source de bien des récits et inspiration du roman noir.

Il fut relevé toute l’importance sous l’Ancien Régime des difficultés d’intégration civile qu’entraine le licenciement des soldats à la sortie des guerres; du rôle de la soldatesque dans la montée de la violence dans les sociétés civiles. M. Langevin a soulevé, par ailleurs, que c’est dans ce contexte que se concrétise un premier appareillage policier appuyé par un réseau étendu de mouches, c’est-à-dire des informateurs de police en provenance de milieux jugés criminogènes.

Du coup, les espaces dans lesquels se tiennent les activités criminelles sont très éloignés de l’univers nobiliaire duquel émanent les officiers de police; ce qui ne sera pas le cas, par exemple, des inspecteurs de police britannique et français au début du XIXe siècle, eux-mêmes issus des milieux populaires et des classes moyennes montantes associées au fonctionnariat. Les témoignages et les transcriptions d’interrogatoires renvoient à toute une topologie du crime riche en représentations fertiles pour l’imaginaire du chercheur.

27 Mars 2018 – Ciné-histoire : M, en compagnie de Michel Porret

Par Gabriel Cotte, doctorant, UQAM. 

On pourrait imaginer que des modernistes organisent une projection cinématographique afin de visionner pour une énième fois Barry Lyndon ou le magistral Danton. Or, l’événement organisé par le GRHS à la cinémathèque québécoise le 27 mars 2018 invitait plutôt les participants à discuter du film M de Joseph Losey (remake du fameux M le maudit de Fritz Lang). Cette œuvre met en scène à Los Angeles, dans les années 50, un meurtrier d’enfant, Martin Harrow, qui sème la panique et mobilise parallèlement les enquêtes de la police et de la pègre. Une fois le tueur hameçonné par les bandits, le spectateur découvre un homme torturé, posant ses gestes horribles dans l’espoir d’être puni. Et c’est à ce moment que le film pose l’ultime problème : quoi faire de cet ignoble personnage ?

Pour l’occasion, le GRHS a confié à Michel Porret, professeur d’histoire moderne à l’université de Genève et spécialiste d’histoire juridique, le soin de présenter le film et d’encadrer les discussions. C’est donc autour du problème social et institutionnel du droit de punir que M. Porret et les participants ont pu échanger.
D’abord, les réflexions se sont déployées dans une perspective comparative avec l’œuvre originale de Lang. Il fut donc question de la place du film de Losey dans l’histoire du cinéma, notamment des références au film noir et de leur signification en écho à l’expressionisme de Lang, mais également du sens de cette adaptation dans le contexte américain des années 50. En ce sens, si on peut voir dans M le maudit la montée du nazisme et le déclin de la république de Weimar en Allemagne à travers cette dualité opposant milieu interlope et police, il faut plutôt inscrire la reprise de Losey dans le contexte du McCarthysme qui sévit alors aux États-Unis. La paranoïa latente qu’illustre le cinéaste américain, les scènes où d’honnêtes pères sont pris pour des criminels et le devoir inquisiteur dont se dotent les passants font en ce sens écho au climat de suspicion qui règne dans le pays. Ainsi, au-delà de l’adaptation cinématographique, c’est la portée politique et sociale du film de Lang que Losey concrétise.

Ultimement, les crimes commis par le meurtrier, mais surtout les moyens entrepris par la pègre et la police, ainsi que le sort qu’on veut lui réserver, révèlent les dessous de cette société. Le discours de l’avocat de Marshall, le chef de la mafia, qui tente de raisonner la foule qui désire exécuter sommairement le meurtrier pose une question essentielle : à qui appartient réellement la faute ? Évidemment, Harrow est coupable, il réclame lui-même d’être puni, mais la pègre et les petits truands qui gravitent autour, ne portent-ils pas une partie du blâme aussi, ne sont-ils pas coupables d’avoir « détruit l’avenir des enfants » ? C’est d’ailleurs à ce moment que la police investit les lieux et rétablit son autorité en prenant avec elle le meurtrier. Le spectateur est donc confronté à une série d’interrogations d’envergure : qui détient le droit de punir ? comment articuler la dimension sociale et individuelle de la culpabilité ? Quoi faire avec un individu qui ne peut assurément pas être réhabilité dans la société ?
L’événement du GRHS à la cinémathèque québécoise, en compagnie de Michel Porret, fut donc l’occasion de visionner un film captivant et de partager des discussions enrichissantes tant d’un point de vue cinématographique qu’historique. Enfin, les réflexions dirigées par M. Porret ont mis en perspective la richesse des enjeux juridiques comme angle d’approche d’une société, qu’elle soit contemporaine ou passée.

Pour aller plus loin :
Joseph Losey, M, États-Unis, Columbia, 10 juin 1951, 87 minutes, noir et blanc.

23 mars 2018 –  Étrangers et privilèges, les soldats étrangers au service du Roi de France, 1500 à 1789

Par Alexandre Raymond-Desjardins et Gabriel San Martin Cariman (étudiants au Baccalauréat en Histoire, UQAM)

Au sein de cette onzième séance de discussion du cours atelier Guerre, pouvoir et société en Europe moderne, les thèmes de la présence de troupes étrangères au sein des forces militaires et de l’application de la justice sur ces groupes ont été abordés. La conférence d’ouverture prononcée par Phillipp Portelance et Nicolas Handfield et intitulée « Étrangers et privilèges, les soldats étrangers au service du Roi de France, 1500 à 1789 » a permis de saisir l’évolution de la position privilégiée de ces soldats. Les textes de David Parrot « The buisiness of War : Military Enterprise and Military Revolution in Early Modern Europe (2012) et de Christopher Tozzi « Nationalizing France’s Army : Foreign, Black, and Jewish Troops in the French Military, 1715-1831 » (2016) ont utilement complété cette première approche tout en soulevant d’importantes problématiques.

Le rapport entre l’émergence de l’État moderne et l’emploi de troupes étrangères pose en effet le problème du rôle de moteur, ou au contraire de frein, au développement de l’administration et de la bureaucratie, caractéristique traditionnellement reconnue de l’État moderne. Il pose, en outre, la question des privilèges de justice accordés aux troupes étrangères. La tension entre une justice exercée par les pairs au sein de certaines troupes mercenaires et l’idée de délégation de la justice monarchique porte en effet à réfléchir sur les défis que pose l’emploi de mercenaires. Comment dès lors concilier le besoin d’attirer des troupes dont l’appui est nécessaire et l’affirmation de la souveraineté monarchique. L’administration de la justice dans les troupes étrangères pose également la délicate question de leur relation avec les populations civiles qui ne disposaient que de peu de recours afin d’obtenir justice.

23 mars 2018 – Conférence – Le Panorama de Paris de Pierre Prévost : défis techniques et ambitions urbaines pour la nouvelle Rome de l’Empereur, de Pascal Bastien

Par Virginie Cogné, doctorante (UQÀM)

Le 23 mars 2018, Pascal Bastien présentait une communication intitulée «Le Panorama de Paris de Pierre Prévost : défis techniques et ambitions urbaines pour la nouvelle Rome de l’Empereur », donnée dans le cadre du colloque Napoléon d’Europe, Napoléon d’Amérique. Le Musée des Beaux Arts de Montréal accueillait cet événement en raison de l’exposition temporaire NAPOLÉON : Art et vie de cour au palais impérial. Dans cet exposé, il présente le Panorama de Paris de Pierre Prévost (1764-1823), œuvre circulaire peinte entre 1805 et 1810 ou 1813.

Une incursion dans le Panorama de Prévost permet donc à P. Bastien de saisir le goût pour le territoire parisien vécu par la population de la Ville Lumière et les aspirations de Napoléon concernant la construction de l’espace parisien. Par rapport au paysage urbain, P. Bastien signale d’entrée de jeu que malgré la destruction de certains bâtiments marquants par les révolutionnaires, une volonté patrimoniale s’impose assez rapidement pour que la ville soit en bonne partie conservée.

L’historien démontre d’abord que le panorama est une évolution technique de la fin du XVIIIe siècle qui provoque un engouement dans les capitales européennes. Ces constructions artistiques circulaires veulent offrir l’illusion de la réalité et placent les observateurs et les observatrices au centre. Les panoramas ne sont pas les seuls spectacles représentant le réel. Ce goût se développe dès la moitié du XVIIIe siècle, et P. Bastien cite à ce propos les expositions de statues de cire à l’image des membres de la famille royale ou de grands criminels mis en scène dans les exactions.

Les changements dans le paysage urbain pendant le Premier Empire servent à la fois à effacer le souvenir de la royauté et de l’Ancien Régime, à assainir la ville par des mesures hygiénistes et à la contrôler afin de favoriser la paix sociale, à la suite des Bourbon. Napoléon n’oublie toutefois pas de servir son ambition et fait ériger quelques monuments. La majorité des améliorations faites à la ville sont cependant utilitaires. Le réaménagement des unités de police en est un bon exemple. Les structures alimentaires sont aussi rénovées pour éviter une nouvelle révolte du peuple de Paris. Beaucoup de mesures concernent la voirie, notamment l’établissement d’un système de numérotation, l’installation de réverbères, la construction de ponts, etc. À ce sujet, P. Bastien parle d’ une « spécialisation de l’espace urbain ».

Pour terminer son exposé, P. Bastien présente ce que le Panorama donne à voir des constructions napoléoniennes. Il mentionne, entre autres, les ponts et les quais qui améliorent la circulation des personnes et des marchandises dans la ville. Pour ce qui est de la gloire militaire, Napoléon fait construire deux arcs de triomphe, celui du Carrousel et celui de l’Étoile. Ensuite, P. Bastien parle du développement des marchés et des halles qui permet d’assurer la distribution de nourriture et le stockage d’un certain nombre de denrées à Paris.

En conclusion, le Panorama est une façon de représenter la vue des Parisiens et des Parisiennes sur leur ville, une manière de s’approprier le paysage urbain. Le Panorama incarne également une occasion propice pour Napoléon de représenter ses réalisations. D’abord, cette œuvre montre des projets monumentaux à la gloire de l’Empire et de Napoléon. De surcroît, elle donne à voir des mesures entamées pendant l’Ancien Régime et continuées par Napoléon pour moderniser la ville de Paris.

16 février 2018 – Lois de la guerre et criminalité militaire

Par Sandra Déry et Sarah Laflamme-Tremblay (Étudiantes au Baccalauréat en histoire, UQAM), dans le cadre du cours-atelier « Guerres, pouvoirs et société dans l’Europe moderne »

La séance du 16 février 2018 a été consacrée à la criminalité militaire, sa définition, ses conséquences et sa perception sociale. Les textes de Michael Howard – l’introduction du collectif Constraints on Warfare (1994) – et de Geoffrey Parker – la partie consacrée à l’Europe de la première modernité du même volume – invitaient ainsi à s’interroger sur l’origine des normes qui encadrent la conduite militaire, les limites de l’acceptable qu’elles déterminent, et l’écart qui existe entre le juste et le licite. Ces textes sont utilement complétés par ceux de Christian Desplats et Bernard Pechot – introduction des Villageois face à la guerre (2002) et « les lettres de feu… » – qui invitent, quant à eux, à s’interroger sur l’impact réel de la guerre sur les communautés villageoises et sur l’institutionnalisation de pratiques sans lesquelles l’État n’aurait pu subvenir au besoin de la troupe. Tous deux démontrent qu’au-delà des souffrances importantes qu’apporte la guerre, l’officialisation de certaines pratiques contribue à l’organisation politique des populations locales et à la conservation de leurs capacités de négociations face à un État encore imparfaitement moderne. Apparaissent alors les enjeux de la professionnalisation des soldats et de la régulation de leurs relations avec les civils, tout comme l’ambiguïté de la figure de l’homme de guerre déchirée entre l’image du fléau et du défenseur du peuple.

14 février 2018 – Atelier « Jeunes chercheurs », animé par Mathieu Perron

Par Philippe Sainte-Marie, candidat à la maîtrise en histoire, UDEM. 

Le premier atelier « Jeunes Chercheurs » de cette saison 2017-2018, consacré à l’étude de la fiscalité du vice au Bas-Canada entre 1766 et 1838, a été l’occasion d’échanger sur la question de la taxation de l’alcool. L’objectif était d’en apprendre davantage sur les modes de taxation de l’alcool à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Il s’agissait aussi d’avoir une discussion sur l’application de telles mesure et d’observer notamment les discordances entre d’une part le discours et d’autre part, la pratique.

Pour ce faire, Mathieu Perron, doctorant en histoire à l’UQTR, nous a présenté ce qui constitue une ébauche d’une partie de sa thèse. Lors de la présentation, on apprit que l’octroi de licences – qui représentait une forme de taxation – avait pour objectif d’exercer un contrôle social. C’est plus précisément les désordres liés à la consommation excessive d’alcool qu’on cherchait ainsi à contraindre. Toutefois, cette mesure avait un double objectif : celui de percevoir, sous forme de taxe, des revenus pour financer l’État colonial. Si l’on cherchait à diminuer le nombre d’auberges et de tavernes, la réalité nous prouve tout le contraire puisque le nombre de licences, loin de diminuer, augmenta de manière considérable. L’apport pécunier que représentait la fiscalité du vice primait en quelque sorte sur les considérations idéologiques.

Suite à cette présentation, les membres présents, purent échanger sur le sujet et effectuer des comparaisons avec d’autres régions dans le monde quant à la question de l’alcool dans l’espace public et de sa gestion par les autorités. Cet échange fut particulièrement pertinent car il permit d’inscrire cette question dans l’histoire de l’alcool à l’ère des Révolutions Atlantiques mais aussi de l’histoire des régulations sociales à l’époque moderne.

9 février 2018 – Histoire de la justice et représentations sociales

Par Véronique Lacroix et Jean-Michel Roy (étudiants au Baccalauréat en Histoire, UQAM), dans le cadre du cours-atelier « Guerres, pouvoirs et société dans l’Europe moderne » et de l’intervention de Pascal Bastien, professeur en histoire de l’Europe moderne à l’UQAM et membre du GRHS. 

Cette semaine, nos travaux se sont attachés à la rencontre entre l’histoire des représentations et l’histoire de la justice. À cette occasion, Pascal Bastien ouvrit la séance en introduisant la notion de représentation, avant que les débats ne portent sur la façon dont l’exercice de la justice dans toutes les sphères de la société contribuait à assurer le pouvoir monarchique jusqu’au cœur d’un royaume en expansion et à l’administration grandissante.

La notion de représentation analysée et appliquée dans les textes de Roger Chartier, Le monde comme représentation (1989), et de Carlo Ginzburg, Représentation : le mot, l’idée, la chose (1991), à l’histoire du livre, du cérémonial monarchique et du culte des saints, ont ouvert les voies à un renouvellement de l’historiographie en général, et de l’histoire de la justice en particulier. Ce que démontre Alfred Soman dans son étude – La justice criminelle, vitrine de la monarchie française (1995) – consacrée à la représentation du roi par délégation de la justice, et à ces répercussions sur le roi, dont on attend qu’il respecte son serment de punir les méchants et de sauvegarder les innocents, sur l’évolution de l’appareil juridique et sur la centralisation de justice à l’époque moderne. L’on prend alors conscience de la richesse de la notion de représentation – on parle des valeurs et des normes qui déterminent alors l’idée même de la justice – pour cerner des limites acceptables ainsi que les difficultés pour le roi d’être à la fois un roi de justice et de paix et un roi de guerre.

2 février 2018 – Guerres et Révolution française

Par Samuel Cloutier (étudiant au Baccalauréat en Histoire, UQAM), dans le cadre du cours-atelier « Guerre, pouvoirs et société dans l’Europe moderne » et de la conférence Guerre populaire ou armée nouvelle ? Combattre pendant la Révolution française (1792 – 1794), donnée par Bernard Gainot

Le 2 février, nous avons abordé le thème de l’articulation des guerres de la Révolution française et la justice militaire. Comment, en effet, appliquer la justice dans le cadre nouveau des guerres populaires et de l’armée nouvelle ? Et quelle justice appliquer d’ailleurs ? Bernard Gainot, éminent spécialiste de l’histoire moderne, est ainsi revenu sur les fondements et les mécanismes d’application de la justice militaire interne, c’est-à-dire entre militaires et pour les militaires, puis externes, entre civils et militaires. Avant même la Révolution, un débat existait d’ailleurs entre des penseurs comme le comte de Guibert, Mirabeau, Rousseau ou Marat qui, dans leurs échanges sur la forme que doit prendre l’armée, s’interrogent sur la justice militaire. Les discussions opposent alors schématiquement les tenants d’une armée disciplinée et obéissante (comme en Prusse) et ceux d’une armée de citoyens, façonnée par le « génie français ». Les cadres établis reflètent l’option citoyenne portée notamment par Guibert : une armée professionnelle (force extérieure) une milice (force intérieure) et une gendarmerie (entre les deux) pour l’application de la justice. Ce choix réalisé, il fallait un cadre judiciaire précis. Trois voies sont alors suivies pour assurer les droits des citoyens-soldats comme de simples citoyens : l’humanisation du soldat, la création d’un cadre de compétences territoriales et l’établissement de recours judiciaires plus nombreux et plus accessibles. L’Assemblée Nationale s’impose enfin alors comme d’une partie des compétences auparavant exclusivement militaires. La mise en œuvre de ce système connaît toutefois des difficultés, notamment dans les territoires conquis par la Révolution où le problème des nationalités se superpose à celui de l’état militaire.

 

7 février 2017 – Séminaire « sorcellerie »

Par Juliana Michel, candidate à la maîtrise en histoire, UQAM

Mercredi 7 février, le GRHS et la Société des Études Médiévales du Québec (SEMQ) ont eu le plaisir d’accueillir Martine Ostorero, de l’Université de Lausanne, et Pau Castell-Granado, de l’Université de Barcelone, à l’occasion d’un séminaire consacré à la sorcellerie. La rencontre, présidée par Piroska Nagy (UQAM), a été l’occasion pour les deux chercheurs de rappeler que les chasses aux sorcières ne sont pas exclusivement modernes, mais remontent au Moyen Âge.

C’est en effet ce qu’a démontré M. Ostorero au début des années 1990, en révélant l’existence de sources suisses variées (traités théologiques, documents de tribunaux laïcs ou inquisitoriaux ou encore chroniques) mais jusqu’ici inexploitées. L’historienne a ainsi pu faire remonter les chasses aux sorcières aux années 1430 en Suisse.

Ses recherches actuelles, interrogeant les justifications de ces chasses, démontrent que le début du XVe siècle marque la construction de l’imaginaire du sabbat. Les sorcières ne sont plus identifiées à des personnes superstitieuses, capables de quelque maléfices, mais sont désormais perçues comme les suppôts des démons et du Diable, constituant une véritable contre-Église. La diabolisation des sorcières et le fantasme du complot, confirmé essentiellement par des institutions judiciaires n’hésitant pas à recourir à la torture pour déceler la vérité, autorisent ainsi villes et villages à procéder aux chasses.

Pour M. Ostorero, c’est bien la judiciarisation de cet imaginaire qui légitime complètement le fantasme, Inquisition comme tribunaux laïcs cherchant à en prouver la réalité notamment par le recours au registre du sensoriel. Celui-ci devient ainsi un élément de confirmation essentiel et irréfutable, les accusés, sous la torture, confirmant qu’ils ont vu, entendu, senti et touché les démons ou le Diable.

P. Castell-Granado a pour sa part démontré que, si les recherches sur le sabbat médiéval se sont essentiellement concentrées sur l’arc alpin, des sources inexploitées du côté des Pyrénées permettent d’ouvrir les horizons. Mettant lui aussi à jour un ensemble de sources inconnues des historiens, il a pu montrer qu’à la même période, dans un massif montagneux éloigné, les premières chasses aux sorcières justifiées par l’imaginaire du sabbat se déroulait. En Castille, en Aragon, en Béarn ou encore en Languedoc, se déclenchent entre 1420 et 1450 une série de chasses, justifiées par des craintes similaires. La recherche tend donc désormais à proposer des études comparatives et surtout à rechercher les raisons de cette diffusion simultanée de l’imaginaire du sabbat. La rencontre entre M. Ostorero et P. Castell-Granado participait pleinement à cet objectif.

La discussion qui a suivi leur intervention s’est réellement passionnée pour l’imaginaire du sabbat, cherchant à comprendre les logiques sociales qui soutenaient le soupçon et la dénonciation entre villageois. La fama, autrement dit la réputation, parait pour les deux chercheurs constitutive des rapports sociaux de l’époque… et peut-être même d’aujourd’hui.

Pour aller plus loin :

– Les découvertes de Martine Ostorero remontent à ses recherches de maîtrise et ont été fondamentales dans le champ. Les résultats de ces premières recherches ont été publiées une première fois en 1995, et réédités en 2008 : Martine Ostorero, « Folâtrer avec les démons ». Sabbat et chasse aux sorciers à Vevey (1448), Lausanne, Cahiers Lausannois d’histoire médiévale, 2008 (1995).

– Les deux historiens ont été interviewés par Jean-François Nadeau, chroniqueur au Devoir : Jean-François Nadeau, « Quels enseignements tirer de la chasse aux sorcières? », Le Devoir, 10 Février 2018, en ligne : http://www.ledevoir.com/societe/519859/les-demons-de-la-sorcellerie-aujourd-hui

– La thèse de Pau Castell-Granado devrait être publiée bientôt. À surveiller!

26 janvier 2018 – La justice militaire en Europe

Par Pamela Prud’homme  (Étudiante au Baccalauréat en histoire, UQAM), dans le cadre du cours-atelier « Guerre, pouvoirs et société dans l’Europe moderne »

Le thème de la justice militaire dans l’Europe moderne a été au cœur de nos débats du 26 janvier. Ceux-là se sont appuyés sur l’article de Christopher Storrs, « Military Justice in Early Modern Europe », et le chapitre introductif du livre que David Potter a consacré à la correspondance d’Oudard du Biez. Alors que C. Storrs explore l’évolution des systèmes judiciaires militaires dans différents pays d’Europe depuis la création des cours de justice militaire, D. Potter illustre les limites de son fonctionnement au travers du cas, exceptionnel, d’un chef de guerre français condamné à mort après la perte de Boulogne (1545). La lecture des deux textes met ainsi en lumière la nécessité d’articuler les échelles d’observation et la comparaison pour saisir toute la complexité du système juridique militaire, ses défaillances, et l’articulation entre les peines prononcées et la représentation des crimes, ainsi que la singularité du statut des militaires, assujettis plus que jamais au pouvoir politique. L’adoption d’une échelle macro-historique permet ainsi, par exemple, de saisir les divergences comme les convergences des choix réalisés par les différents États d’Europe, ainsi que l’évolution de long terme, marqué par la création d’un système de justice distinct entre militaire et civils. L’échelle microhistorique de D. Potter illustre, elle, parfaitement les enjeux qui peuvent influer sur le cours de la justice, l’intervention du politique dans le judiciaire, mais également l’importance accordée alors à la défense des places.

Groupe de recherche en histoire des sociabilités