Nouvelle parution: « Jean-Pierre Bois. L’abbée de Saint-Pierre. Entre classicisme et Lumières »

 

Longtemps considérée au mieux par l’historiographie comme l’expression loisible des historiens dilettantes et, au pire, comme la progéniture d’une méthodologie vétuste vouée à réifier le culte des grands hommes au détriment d’une vision plus englobante et anthropologique de l’histoire, la biographie a su retrouver depuis quelques années déjà ses lettres de noblesse auprès du milieu académique.

Paru le 18 mai dernier chez Champ Vallon, cet ouvrage de Jean-Pierre Bois consacré à Charles-Irénée Castel, dit l’abbé de Saint-Pierre, nous apparaît à cet égard digne de mention, précisément parce que son sujet incarne par l’essence de sa pensée réformatrice l’expression de cette fameuse crise de la conscience européenne (P. Hazard), point de jonction entre le conservatisme classique et le cosmopolitisme curieux des Lumières.

Il va donc sans dire que la portée de cette biographie ambitieuse ne peut être confinée à un simple enchaînement d’ordre factuel puisque, loin de l’hagiographie consensuelle, il s’agit plutôt d’explorer réciproquement le rapport entre les fondements intellectuels de cet esprit trop peu connu et l’époque qui l’a vu éclore. Nous avons donc ici une biographie qui s’insère parfaitement dans le champ renouvelé d’une histoire des idées de plus en plus axée sur les pré-Lumières (Ann Thomson, Stephane Van Damme, Jonathan Israel), l’abbé de Saint-Pierre retrouvant sous la plume de M. Bois la place qui lui revient au côté d’imminents prédécesseurs tels Descartes, Newton et Locke. Bonne lecture!

Présentation de l’ouvrage sur la page de Champ-Vallon

À venir! Atelier «The Design of Historical Data Projects » à l’Université McGill.

En porte-à-faux de l’histoire et de l’informatique, c’est le 8 août prochain que se tiendra un atelier réunissant divers chercheurs en humanités numériques, nommément Jamie Folsom (PSS LLC), Pascal Bastien (UQÀM), Julien Puget (UQÀM), Benjamin Deruelle (UQÀM), Jeffrey Ravel (MIT) et Sara Harvey (University of Victoria).

Intitulée « The Design of Historical Data Projects », cette activité se déroulera en français et en anglais autour d’axes méthodologiques et théoriques liés à la mise en place et au développement de deux grands chantiers d’histoire numérique présentement en cours : le Laboratoire Paris XVIII – auquel est associé le GRHS – ainsi que The Comédie-Française Register Projects, titanesque entreprise d’archivage de documents se rapportant au théâtre parisien. Cet espace d’échanges collaboratifs sera donc l’occasion propice d’élaborer des stratégies et des pistes de solutions afin de faciliter l’accessibilité de ces données aux chercheurs. Le grand public n’est cependant pas en reste, puisqu’il est cordialement convié à venir débattre et partager ses idées avec les intervenants de 9:00 à 13:00 au local 109 de l’édifice Leacock de l’Université McGill.

Vous trouverez en pièce jointe un descriptif de l’activité ainsi qu’un lien pour consulter le projet de registre d’archives de la Comédie -Française. Au plaisir de vous y voir en grand nombre!

Page de l’événement

Projet d’archives de la Comédie-Française

 

Nouvelles perspectives…

Aujourd’hui, je me permet un léger dévoiement de la trajectoire académique historique classique pour tremper l’orteille dans le monde fascinant, et parfois intimidant, de l’histoire de l’art.

Intervenant ici sur l’invention de la perspective au cours de la Renaissance italienne, le regretté Daniel Arasse – auteur notamment de l’important ouvrage La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur – se révèle un merveilleux guide pour quiconque souhaitant s’initier à cette discipline dont les intérêts se juxtaposent parfois à ceux de l’histoire, toute époque confondue. Tel Charon, M. Arasse nous mène en barque sur les flots parfois glacial d’un fleuve pas toujours placide, mais qui sous les feux de sa lanterne, s’anime d’une chaleur bienveillante pour notre plus grand plaisir. Bonne écoute!

L’entrevue: Daniel Arasse-Histoires de peintures

L’été, c’est fait pour jouer…

Chers lecteurs-trices, vous aurez sans doute remarquez une baisse considérable du volume d’articles publiés sur ce blogue, situation pouvant notamment s’expliquer par l’arrivée inopinée de l’été sur le sol québécois. Les auteurs ont en effet profiter de ces quelques moments de répis ensoleillés afin de faire le plein de vitamine E et revivifier leurs mines hâves avant le début de la session d’automne.

Néanmoins, n’ayez crainte, puisque dès la semaine prochaine, agrémentée de fortes précipitations, nous reprendrons dans la joie et l’alégresse notre rythme de vie casanier, situation se traduisant notamment par une reprise des activités régulières sur cette page.

À tout bientôt, et au plaisir de reconnecter avec vous!

Mathieu

Entrevue avec Benjamin Deruelle

Dans le cadre de l’école d’été du GRHS qui s’est déroulée à Paris du 21 au 27 mai dernier, j’ai eu la chance de m’entretenir brièvement avec M. Benjamin Deruelle, professeur d’histoire moderne à l’UQÀM. Spécialiste de l’histoire militaire du XVIIe siècle, M. Deruelle est également l’un des organisateurs et moniteurs de ce projet d’échange axé sur l’intégration de notions associées au domaine faste des humanités numériques. Voici donc une retranscription de cette conversation dont l’objectif consistait à faire le point sur certains enjeux liés à la mise sur pied de cette activité.

M. À la suite du succès de cette deuxième édition d’une formule qui, ma foi, commence, à être éprouvée, j’aimerais que vous m’expliquiez comment la collaboration entre le PIREH (Paris 1 Panthéon Sorbonne) et le GHRS (UQÀM) s’est tout d’abord nouée, et comment vous, Benjamin Deruelle, en êtes venu à vous intéresser aux humanités numériques ?

B. La première chose, c’est que j’ai commencé à travailler dans le supérieur, à Paris 1, en 2005, où j’ai travaillé pendant longtemps dans l’équipe de Jean-Philippe Genet en histoire et en informatique avec Stéphane Lamassé et Julien Alerini. Ensuite, je suis parti à Lille où j’ai continué dans cette même veine avec Léo Dumont et Gaétan Bonnot. Quand je suis finalement arrivé à l’UQÀM, j’ai commencé à travailler avec Pascal Bastien, parce que nous avons des centres d’intérêts communs à l’histoire moderne, mais aussi avec l’envie partagée de développer toutes les questions qui tournent autour de l’usage de l’informatique en histoire à l’UQÀM. Donc, comme nous avions développé lorsque j’étais à Paris 1 un modèle d’école d’été qui fonctionnait très bien, nous avons envisagé de monter ce même modèle à cheval sur l’Atlantique pour créer un pont entre l’UQÀM et l’Europe.

M. Et de fait, il semble y avoir un manque à cet égard à l’UQÀM puisque, bien que votre présence puisse venir palier à l’absence de ressources en humanités numériques, aucun cours de ce type n’est à ma connaissance dispensé par le département d’histoire. Est-ce que c’est dans les plans ?

B. Il y a le cours HIS8008, qui est ouvert aux étudiants de la maîtrise et doctorat, qui existe depuis un certain nombre d’années à l’UQÀM mais qui n’a pas été donné avec une orientation axée sur les méthodes informatiques de recherche en histoire. Effectivement, mon arrivée à l’UQÀM va faire en sorte que, dès l’année prochaine, il sera donné de façon régulière.

M. Voilà donc une excellente nouvelle ! Finalement, en discutant avec certains de mes collègues au cours de la dernière semaine, une préoccupation qui revenait ponctuellement concernait la place que doit occuper l’informatique dans le travail de l’historien, à savoir s’agit-il simplement d’un outil ou bien d’une méthode qui en vient à modifier notre rapport à la source ?

B. C’est les deux. Parce que c’est un outil que l’on ne peut pas utiliser si on ne maîtrise par une méthode. C’est un ensemble de méthodes qui nous amène, nous historiens, à mobiliser un certain nombre d’outils pour faire de l’histoire. Et c’est là que la rupture entre quantitatif et qualitatif est superficielle, parce que vous pouvez l’utiliser sans aucune méthode, sans aucune connaissance épistémologique de la statistique ou d’un tableur, puisque la question consiste à interpréter les données que vous allez produire.

M. Benjamin Deruelle, merci.

 

Les impressions d’une participante de l’École d’été en humanités numériques à Paris

J’ai eu la chance de participer à la deuxième édition de l’école d’été sur les Humanités numériques qui s’est déroulée à Paris du 22 au 26 mai. Cette école, nommée Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, représentait pour moi l’occasion unique de me familiariser avec plusieurs outils numériques utiles dans ma pratique historienne et dans la rédaction de ma thèse. Voici donc mes quelques impressions sur cette formation inspirante !

Continuer la lecture de Les impressions d’une participante de l’École d’été en humanités numériques à Paris

Compte rendu de l’École d’été du GRHS 2017

 

C’est vendredi dernier que le rideau est tombé sur la deuxième édition de l’école d’été du GRHS qui, cette année, se tenait à Paris du 22 au 26 mai. Fruit d’une collaboration fructueuse avec le PIREH et l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne (lieu névralgique des activités), les différentes classes qui se sont succédées à un rythme effréné au cours de cette semaine particulièrement intensive avaient pour objectif d’initier les étudiants et étudiantes aux problèmes pratiques et théoriques entourant la création d’une base de données numérique en histoire.

Ainsi, une dizaine d’étudiants québécois – dont la majorité étaient par ailleurs présents à la première édition de l’an dernier à Montréal, signe d’un certain succès – ont eu la chance de se pourvoir des enseignements judicieux dispensés par une équipe de choc constituée de Stéphane Lamassé (Paris 1), Benjamin Deruelle (UQAM), Léon Robichaud (Université de Sherbrooke), Léo Dumont (Paris 1) et Gaëtan Bonnot (Paris 1). Au cours de la semaine qui suit, mes collègues du blogue et moi-même vous proposerons une série d’articles pour vous faire part de la nature des activités dispensées et pour vous témoigner du plaisir et de la collégialité ressenties par ceux et celles qui ont eu la chance (et je pèse mes mots) de participer à cette aventure exceptionnelle.

En attendant, voici un résumé de la programmation scientifique de l’événement sur la page du GRHS

 

 

Nouvelle parution: Benjamin Deruelle et Arnaud Guinier (Dir.). « La construction du militaire: Cultures et identités combattantes en Europe de la guerre de cent ans à la seconde guerre mondiale (Vol. 2) »

Difficile de ne pas être chauvin lorsque vient le temps de promouvoir un ouvrage auquel a contribué de manière active l’un des membres du GRHS. Néanmoins, l’objectivité, ici mâtinée d’une certaine pudeur, nous oblige a passer outre ce léger conflit d’intérêt afin de témoigner de la qualité de cet ouvrage collectif co-dirigé par Arnaud Guinier et Benjamin Deruelle, professeur au département d’histoire de l’UQAM.

Deuxième volume d’une série consacrée aux relations  nouant  les pratiques et les représentations de la guerre aux identités individuelles et collectives des combattants, ce livre collige divers articles rédigés dans une perspective diachronique, avec pour objectif d’offrir un panorama polychrome et nuancé de la diversité des cultures d’armes, des identités professionnelles et des sentiments d’appartenance caractérisant les figures du soldat européen des temps modernes.

Nous souhaitons donc à tous les collaborateurs de cette entreprise de publication beaucoup de succès dans cette aventure!

À venir! Conférence de Frédéric Chauvaud le mercredi 10 mai

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous anticipons la conférence de l’historien Frédéric Chauvaud qui aura lieu ce mercredi 10 mai à 14h au local A-6290 de l’UQÀM.

Grand spécialiste de l’histoire du crime, du corps et de l’expertise judiciaire aux XIXe et XXe siècles, M. Chauvaud nous présentera à cette occasion une communication intitulée « Crime et média. Le corps exhibé et morcelé. De la scène du crime au prétoire (1880-1940)»,  dont l’objectif consiste à analyser l’évolution du rapport qu’entretient le public avec l’imaginaire morbide, exacerbé au fil du temps par une exposition de plus en plus soutenue au corps des victimes d’actes criminels par les biais des médias.

Orgnanisé par le Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS), il s’agit d’un événement à ne pas manquer.

Description de l’événement sur le site du CHRS

 

 

Nouvelle parution: Clyde Plumauzille. « Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804) »

Publié il y a quelques temps déjà – le 17 novembre 2016, pour être plus précis – , ce premier ouvrage de Clyde Plumauzille m’est néanmoins apparu digne de mention et d’intérêt. Extrait de la thèse de doctorat de Mlle Plumauzille réalisée sous la tutelle de M. Pierre Serna, ce livre vient combler une importante béance historiographique, soit celle des nombreux enjeux liés au phénomène de la prostitution au cours de la période révolutionnaire.

Moment de regénération sociale important, on assiste en effet sous la Révolution à une dépénalisation de la prostitution, entérinant du même souffle une mutation de la perception morale entourant cette pratique. Les grands bordels du XVIIIe siècle cèdent donc le pas à un commerce corporel renouvellé qui, dans une volonté réformatrice non exempte de contradiction, tente de modifier les tenants et aboutissants du plus vieux métier du monde afin de marquer une césure avec l’Ancien Régime et ses moeurs jugées débilitantes.

Situé au carrefour de l’histoire du genre, de la justice et du politique, cet ouvrage original mérite assurément que l’on s’y attarde, fournissant au lecteur des pistes d’explications sur l’origine de l’acceptation contemporaine du phénomène de la prostitution.

Clyde Plumauzille. Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine ( 1789-1804), Seyssel, Champ Vallon, 2016,  400 P.

Présentation de l’ouvrage sur le site de Champ Vallon

Compte rendu de l’ouvrage par Vincent Milliot

 

 

Compte rendu du Café-Histoire en compagnie d’Olivier Grenouilleau

Le 26 Avril dernier fut l’occasion d’une rencontre très attendue avec l’historien Olivier Grenouilleau, événement qui s’est tenu dans le cadre d’un Café-Histoire organisé en collaboration par la librairie Zone Libre et l’historienne médiéviste et professeure à l’UQAM Piroska Nagy. Animée par Benjamin Deruelle, cette intervention a permis à M. Grenouilleau d’exposer quelques-unes des grandes conclusions de son dernier ouvrage, La révolution abolitionniste, récemment paru chez Gallimard.

 Ainsi, considérant que les mouvements abolitionnistes qui s’échelonnent de la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle constituent une réelle exception à la constante des discours esclavagistes dans l’histoire de l’humanité, M. Grenouilleau a particulièrement insisté sur la multiplicité et la globalité des facteurs qui ont permis l’émergence et la réussite de ce projet d’envergure.

Dans le contexte crucial d’une évolution séculaire des paradigmes religieux et juridiques, mais surtout moraux, l’indépendance des États-Unis apparaît être un réel moteur dans la marche vers l’abolitionnisme, déclenchant non seulement une crise morale en Angleterre, mais remettant aussi en cause la pérennité du modèle mercantiliste au profit du libéralisme économique.

Galvanisée par un esprit de reconquête morale et économique largement inspiré des Lumières, l’Angleterre s’affiche alors comme la nation de l’abolitionnisme, engageant de nombreux pays, par le droit ou les armes, à suivre ses pas. S’il ne faut pas négliger le rôle des esclaves eux-mêmes, dont les résistances sont multiples et permanentes, l’historien a toutefois souligné que la Révolution de Saint-Domingue avait pourtant pu agir contre les mouvements abolitionnistes, motivant un florilège de critiques et des craintes à l’égard d’une violence « noire ».

 Suite à l’intervention de M. Grenouilleau, la discussion qui s’est tenue entre l’historien et les participants a notamment permis de mettre en lumière le vide historiographique qui existe quant à la question de l’esclavage dans l’Europe médiévale, et d’aborder certaines questions d’ordres méthodologiques liées à la construction d’un ouvrage d’histoire globale.

 La rencontre s’est terminée autour d’un pot chaleureusement offert par la Librairie Zone Libre, permettant de poursuivre les discussions de manière plus informelles avec M. Grenouilleau, par ailleurs très généreux de son temps et de sa personne à l’occasion de son passage éclair au Québec. 

Crédit: Juliana Michel

Texte édité et révisé par Mathieu Langevin

Nouvelle parution: Mélanie Traversier. « Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières »

C’est hier,  le 20 avril 2017, que paraissait aux éditions Champ Vallon l’édition critique du journal que Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine, soeur cadette de Marie-Antoinette et reine de Naples, a tenu de 1781 à 1785.

Amputé jusqu’à tout récemment du récit de voyage qu’effectua la reine en Italie de mai à septembre 1785, ce document exceptionnel a finalement pu être complété en 2012 lorsque l’historienne Mélanie Traversier, forte d’une familiarité vieille de huit ans avec ce fond d’archive conservé à Naples, reconnue de manière tout à fait fortuite l’écriture de la Reine sur une pièce appartenant à un collectionneur privé américain.

Précédé d’un très long (et fort érudit) essai introductif, cet ouvrage nous plonge de manière usité dans les us et coutumes des rituels de cours de l’époque. Cependant,  la pertinence de cette publication prend tout son sens lorsque la reine abandonne ses obligations régaliennes pour s’adonner à ce que l’on peut qualifier d’écriture du for privé, nous gavant pour lors d’observations candides sur le théâtre, la littérature et l’architecture, mais offrant surtout au lecteur l’opportunité de se familiariser avec le moi profond d’une personnne toute publique en plein coeur des Lumières.

Vignette de l’ouvrage sur le site de Champ Vallon

Revue de presse par Antoine De Baecque 

 

À venir! « Rouge comme maintenant » en compagnie de Michel Pastoureau

Le 28 avril prochain à 15h aura lieu au Musée d’art contemporain de Montréal une rencontre toute particulière avec l’historien Michel Pastoureau qui, pour lors,  s’entretiendra avec la conservatrice Marie-Ève Beaulieu au sujet de l’utilisation du rouge dans une des toiles de la collection permanente du musée.

D’une durée de 60 minutes, cette activité sera l’occasion privilégiée d’entendre ce spécialiste de l’histoire des représentations et, par le fait même, approndir nos connaissances sur l’histoire de l’art et sur les sensibilités qui y sont rattachées.  Auteur d’une série d’ouvrages ayant comme thème les couleurs, Mr. Pastoureau est professeur à la Sorbonne et à l’école pratique des Hautes Etudes où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale.

Donnant également accès à toute les expositions du musée,  les billets sont disponibles au coût de 20 dollars ici.

Présentation de l’activité

 

 

Compte rendu de l’atelier de paléographie du 12 avril 2017

Le 12 avril dernier se tenait à l’UQAM un atelier de paléographie mené sous la tutelle de l’historienne Lyse Roy, membre régulière du GRHS et professeure d’histoire moderne à l’UQÀM.

À cette occasion, les étudiants présents ont eu l’opportunité de s’initier à la lecture et transcription de sources manuscrites datant du XVIe et XVIIe siècle,  avec comme objectif premier de les familiariser avec un type d’exercice qu’ils auront fort probablement à effectuer au gré de leur parcours d’historiens modernistes!

À partir d’une série d’exercices tirés du manuel de paléographie de G. Audisio et I. Rambaud intitulé Lire le français d’hier. Manuel de paléographie moderne XVe-XVIIIe s. , Mme Roy y est allé d’un tour d’horizon des formes, symboles, abbréviations et autres possibles confusions liées à la graphie alphabétique ancienne ( a-o; c-t; h-b,  etc..) afin de mettre en garde les participants à l’encontre de ces pièges fréquents.

VIGNIER, Nicolas, Traicté de l’estat et origine des anciens François. En français et en latin, manuscrit sur papier, France, après 1582

Ainsi, il importe de se méfier d’un « s » qui, à titre d’exemple, peut avoir deux formes distinctes selon qu’il soit placé au milieu d’un mot ou à la fin de celui-ci.  Il est également fort utile de repérer rapidement les tics de celui qui écrit, le transcripteur pouvant alors constitué sa propre « Pierre de Rosette » afin de décoder le texte et en extraire du sens.

Au final, il faut se rappeler que la priorité  dans un exercice de paléographie consiste à faciliter la lecture du texte tout en conservant au mieux son authenticité et, bien que les approches de transcriptions puissent varier, l’important est de toujours préserver la même méthode du début à la fin d’un texte.

Pour ceux et celles qui sont intéressé(e)s à s’initier à la paléographie, voici quelques liens utiles.

Ouvrage de G. Audisio et Isabelle Rambaud

Exercices de paléograhie moderne en ligne

 

(Compte rendu de l’événement effectué par M. Antoine Champigny et édité par Mathieu Langevin)

À venir! Café Histoire autour du livre « La révolution abolitionniste » de Olivier Grenouilleau.

C’est le 26 avril prochain que se tiendra à la Librairie Zone Libre (262 Ste-Catherine Est) une activité de discussion autour du livre « La révolution abolitionniste », paru le 9 mars dernier chez Gallimard.  En compagnie de l’auteur Olivier Grenouilleau, cet événement prendra la forme d’une Café Histoire, et sera l’occasion d’aborder divers enjeux gravitant autour de cet ouvrage d’histoire globale fraîchement sorti des presses de l’éditeur!

Traitant de la délicate question de l’esclavage et de l’abolitionnisme à travers les âges,  la dernière parution de Mr. Grenouilleau s’inscrit dans une mouvance historiographique qui, sur un temps long, retrace la généalogie et les diverses correspondances d’un phénomène dont la portée – morale, sociale et politique – dépasse largement le spectre d’une histoire locale ou nationale.

C’est une rencontre qui promet d’être extrêment enrichissante, et nous vous invitons à  y participer en grand nombre!  Voici donc quelques liens utiles afin de vous préparer à cette activité.

Résumé de l’ouvrage sur la page de Gallimard

Entretien radio avec Olivier Grenouilleau

 

 

Groupe de recherche en histoire des sociabilités