Conversation avec le professeur Daniel Roche.

Entretien mené par Élisabeth Rochon le 26 mars 2016.

Monsieur Roche, dans l’entrevue que vous avez donnée à Michel Porret en 2007 dans Le Sens des Lumières, vous dites avoir profité d’une grande camaraderie intellectuelle au début de votre carrière, notamment avec François Furet et Ernest Labrousse, et plus particulièrement lors de vos premières recherches dans les fonds d’archives. Selon vous, est-il plus difficile de devenir historien de nos jours, alors que cette camaraderie intellectuelle semble de moins en moins présente ? Le cursus académique est-il également plus ardu pour les jeunes chercheurs ?

C’est à l’École des Hautes Études que je rencontre François Furet, alors qu’il anime des ateliers sur le Livre. Mon intérêt se portait alors aux publics liés au livre, aux lecteurs. Il est difficile de répondre à cette question. À mon époque, habituellement, on rentrait dans l’enseignement au secondaire, j’ai moi-même enseigné au Lycée de Châlons-sur-Marne, en même temps que je travaillais sur ma thèse sur les académies en province. J’ai pris treize ans, soit de 1960 à 1973, pour l’écrire. Le cursus était, à mon avis, plus facile de mon temps, puisque le parcours était balisé. Nous savions qu’il était possible, même hautement probable, d’accéder à un poste après la publication de la thèse. Aujourd’hui, le parcours est plus exigeant pour les jeunes chercheurs, puisqu’on leur demande de faire une thèse très rapidement, sans garantie de décrocher un poste d’enseignement ou de recherche dans l’avenir.

Enseigne-t-on suffisamment le travail en archives aux étudiants en histoire de nos jours, comparativement à l’époque où vous enseigniez ?

Lorsque je donnais mes séminaires, j’ai toujours pris soin d’enseigner l’historiographie, mais également de consacrer la moitié des séminaires à enseigner le travail en archives. Je présentais aux étudiants les différents types d’archives dans les fonds nationaux et parisiens (archives notariales, cadastres, procès-verbaux de police par exemple). Je montrais comment ces différentes archives étaient produites. C’était alors la grande originalité de l’enseignement universitaire parisien. J’ai, en fait, reproduit ce que j’avais connu avec Ernest Labrousse, qui m’avait formé notamment dans la consultation et l’utilisation des inventaires après-décès. Ainsi, l’enseignement que je donnais portait sur les sources et leur contexte de production, la production de l’histoire à partir de ces sources et sur les étapes de l’historiographie, enseignées de façon concrète. Cet attachement physique à la documentation était très important. J’ai cessé d’enseigner le travail en archive à partir de 1997, lorsque je suis arrivé au Collège de France, puisque les étudiants présents étaient censés avoir été formés ailleurs sur le travail en archives. Lorsque j’ai été professeur à Florence, les séminaires étaient suivis par des étudiants de différentes origines, notamment des Anglais, des Italiens et des Allemands, qui n’avaient reçu aucune formation sur le travail en archives. Je ne voulais pas leur imposer l’étude des archives nationales françaises, ainsi j’ai essayé de traiter de fonds d’archives étrangers, selon ce que je pouvais trouver dans les différentes publications historiennes. Il est essentiel et utile pour les étudiants de recevoir une formation sur les archives, sinon, comment comprendre un travail sur l’histoire rurale, par exemple, si l’on n’a jamais vu de cadastre ?

Vous avez toujours mis de l’avant la grande importance de la fraternité intellectuelle et vous dites que votre travail est le fruit de réflexions collectives, notamment avec vos étudiants. Or, il arrive souvent de nos jours que des étudiants, arrivés à l’étape de rédaction de leur mémoire ou de leur thèse, abandonnent à cause de la solitude associée au travail de l’historien. Les universités devraient-elles favoriser la création d’espaces d’échanges entre les chercheurs ?

Je tiens cette sensibilité à la camaraderie et aux échanges intellectuels de l’influence qu’a exercée sur moi ma famille et à ma participation à des organisations politico-juvéniles. Lors des enquêtes auxquelles j’ai participé à l’École des Hautes Études, avec mes camarades, dont Dominique Julia, dans l’équipe Livre et Société, nous tenions ce genre d’échanges. Dans les séminaires de préparation à la maitrise, j’ai toujours considéré que je gagnais autant que les étudiants de nos échanges, et j’ai toujours tenu à souligner leurs contributions à mes travaux. Oui, ces espaces ont besoin d’exister au sein des universités. Il n’est pas souhaitable que les chercheurs se retrouvent isolés.

Passons maintenant au thème des sociabilités. Vous avez ouvert le champ en étude des sociabilités culturelles. À travers vos nombreuses publications, nous pouvons retracer différentes voies qui vous ont mené vers l’étude des sociabilités, que ce soit par les institutions dans votre thèse sur les académies en provinces, par les pratiques culturelles comme le voyage dans Humeurs vagabondes, par la pratique de la consommation dans La culture des apparences et même par l’étude anthropologique et historique de la culture équestre. Selon vous, qu’en est-il du champ aujourd’hui ? Existe-t-il de nouvelles avenues pour étudier les sociabilités ?

Est-ce possible, pour la France de l’Ancien Régime, de multiplier à l’infini les regards sur les sociabilités ? J’en doute. Prenons par exemple les salons mondains, qui ont été étudiés par Antoine Lilti. On ne peut guère revenir sur ce sujet, alors que le nouvel angle d’approche offert par Lilti et sa réinterprétation judicieuse ne sont pas encore intégrés par les universitaires.

Toutefois, certaines sociabilités restent encore à étudier, notamment sous l’angle de l’appartenance à un corps ou à un travail. Par exemple, les sociabilités des Parlementaires représenteraient un champ intéressant à défricher. Comment ils se mariaient, comment ils travaillaient, ou ne travaillaient pas, car l’on sait que si certains travaillaient dur, d’autres  en revanche ne faisaient pas grand-chose… Ce sont des avenues intéressantes à exploiter.

Que pensez-vous de l’approche qui consiste à partir d’un lieu pour y trouver des sociabilités, par exemple, les cafés, les tavernes ou les cabarets ?

Tout dépend du type de problème auquel vous voulez répondre. Si l’on prend l’exemple du cabaret, il est certes un lieu de rencontres du milieu populaire et ouvrier, ainsi que du milieu bourgeois. Toutefois, il me semble qu’il serait beaucoup plus pertinent, plutôt que de partir du lieu, de débuter par une enquête de la corporation des limonadiers. Cette corporation, qui comprend un bon millier de membres, n’a pas encore été étudiée. Ensuite, il est possible de s’intéresser à d’autres sources, notamment policières, pour saisir les relations sociales dans le cabaret. Mais, revenir à la corporation me semble une avenue riche. C’est l’économie et les acteurs qui sont à la base de ces lieux d’accueil et de rencontres.

Ensuite, il est possible d’étudier la parole qui circule dans ces lieux ; Arlette Farge l’a très bien fait. Mais l’objectif n’était pas de restituer un cadre institutionnel ou de pensée, mais bien de brosser des portraits individuels, ce qui permet également une meilleure compréhension du social.

Enfin, les archives de police sont pertinentes pour savoir ce qui se passe dans les lieux étudiés. Elles mettent au jour les violences, les bagarres, etc. Toutefois, ces archives présentent le défaut de ne pas être systématiques, ce qui peut poser problème. Vous avez également les archives produites par les mouches et les espions qui peuvent être très intéressantes. Mais, selon moi, on manque d’un regard plus cohérent et statistique, ainsi que d’une approche liée aux corporations. Après tout, la société d’Ancien Régime fonctionne sur l’économie des corps.

Vous avez utilisé dans vos recherches les méthodes de la macro-histoire et de la micro histoire, si l’on peut le dire ainsi. Par exemple, après Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, vous publiez le Journal de ma Vie, Jacques-Louis Ménétra. Compagnon vitrier au XVIIIe siècle. Pourquoi ce changement de cap dans l’étude du social ?

En rédigeant Le Peuple de Paris, je m’interrogeais sur les écrits des observateurs moraux qui voulaient réformer la société d’Ancien Régime. Mais, ce qui manquait à mon étude était le fait de ne pas pouvoir étudier les archives de police, pour une raison déontologique. Arlette Farge et Érica-Marie Benabou travaillaient toutes deux sur les archives de police. Elles tenaient à conserver la priorité dans ces fonds d’archives. Il apparaissait délicat d’utiliser ces sources. Si le champ avait été libre à cette époque, mon travail sur le peuple de Paris aurait été fait tout autrement. On m’a d’ailleurs reproché d’utiliser trop de chiffres dans mon étude, mais bon, chacun travaille selon ses sensibilités. Je demeurais donc sans texte, sans témoignage des acteurs. Et bien que les procès-verbaux soient biaisés par leur contexte de production, mieux valait des témoignages biaisés que pas de témoignages du tout.

C’est à ce moment que je découvre, cité dans une note de bas de page d’un travail de Jeffry Kaplow, Les Noms des rois : les pauvres de Paris à la veille de la Révolution, le Journal de Ménétra. Je cite d’ailleurs Ménétra dans le Peuple de Paris. Je me suis ensuite rendu compte que ce journal nécessitait un traitement spécial, au-delà des simples citations. Bien que je ne sois pas le découvreur de ce Journal, je suis celui qui l’a fait connaître.

Avez-vous préféré utiliser une méthode plus qu’une autre ? Préférez-vous travailler sur un individu ou sur une thématique plus large ?

Non, il n’y a pas de préférence en amour. Et puis j’ai eu la même difficulté dans l’écriture pour tous mes travaux. Je n’aime pas écrire, je n’ai pas de facilité ni de talent pour rédiger.

Pourtant, cela ne se sent pas quand on vous lit…

Vient un moment où c’est la capacité professionnelle qui porte tout.

Quelles sont les différences entre Ménétra, Hardy et Mennochio comme figures de l’histoire sociale ? En quoi l’étude de leurs parcours sont-ils représentatifs pour faire de l’histoire sociale ?

Alors, vous soulevez avec cette question le débat autour de Mennochio, du travail de Carlo Ginzburg, dans Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle et de l’utilisation des sources inquisitoriales, qui sont beaucoup plus riches que les archives parisiennes. Ginzburg a trouvé Mennochio après avoir publié Les batailles nocturnes : sorcellerie et rituels agraires en Frioul, XVI-XVIIe siècle, un peu de la même façon que j’ai trouvé Ménétra après le Peuple de Paris. Selon moi, le travail de Ginzburg mériterait réflexion et réinterprétation. Ginzburg a été, on peut dire, couronné en France et n’a jamais été remis en question par les historiens. Mennochio est sans nul doute très intéressant, mais le travail n’est pas en soi, selon moi, original. Il demeure un modèle, mais j’encourage les jeunes historiens à réinterpréter Mennochio par rapport aux productions inquisitoriales dans leur ensemble. Il serait intéressant, par exemple, de comparer Mennochio avec d’autres procès inquisitoriaux. Il serait possible de voir les différences entre les divers types d’accusés, ou encore, de croiser ces archives inquisitoriales avec les archives judiciaires parisiennes.

Ainsi, vient la question de la représentativité de ces trois individus, Mennochio, Hardy et Ménétra. D’après moi, il faut les mesurer avec d’autres sources, les comparer, les confronter. Dans le cas de Ménétra, c’est plus difficile, car son texte est unique. Certains pensent même qu’il n’a aucune valeur. Dans le texte de Hardy, qui est au moins dix fois plus long que celui de Ménétra, nous pouvons y trouver beaucoup de choses intéressantes à traiter, tel que l’ont démontré les différents chercheurs présents aux journées d’études Autour du Journal de Siméon-Prosper Hardy, les 18 et 19 mars derniers.

Nous passons maintenant à la dernière section de l’entrevue, davantage axée sur des questions et des thématiques plus personnelles. D’abord, je ne peux m’empêcher de revenir sur les événements tragiques de Charlie Hebdo, du 13 novembre à Paris et sur ceux survenus hier, le 22 mars, à Bruxelles. Croyez-vous que les historiens, modernistes ou autres, puissent jouer un rôle dans la promotion de la paix, l’éducation au vivre-ensemble et puissent lutter contre le radicalisme, qu’il soit religieux ou politique ? 

Le moyen dont disposent les historiens est d’intervenir dans les débats intellectuels. Toutefois, en ce moment, j’observe que l’on fait appel davantage aux philosophes, qui donnent régulièrement leurs points de vue sur ces questions, dans les médias. Il y a trente ou quarante ans, des historiens, comme Furet par exemple, auraient été sollicités. Mais, aujourd’hui, ce ne sont pas les historiens que l’on sollicite; ce n’est pas dans l’air du temps, bien que j’ignore ce qu’est l’air du temps… Bien entendu, nous aurions notre mot à dire, d’autant plus que ces dernières années, beaucoup d’historiens modernistes ont travaillé sur les violences politiques, je pense notamment à Patrick Boucheron, quoiqu’il bénéficie quand même d’une bonne reconnaissance médiatique ces temps-ci, avec la parution récente de ses derniers ouvrages sur la peur et la violence.

En même temps, je ne suis pas certain que l’on soit capable de parler de tout avec autorité. Moi, je réponds aux questions que l’on veut bien me poser. Des historiens comme Robert Descimon ou Denis Crouzet pourraient être très mobilisables autour de ces événements tragiques. De même que les historiens de la Révolution française seraient capables d’intervenir, quoique le débat autour de la nécessité de la Terreur et des massacres de septembre soit encore délicat.

Ce qui est certain, c’est que l’historien moderniste peut saisir comment les phénomènes de la violence ont évolués. Durant l’Ancien Régime, par exemple, les actes de violence n’étaient pas aussi choquants qu’ils le sont aujourd’hui, car les gens étaient davantage habitués au spectacle de la violence.

Existe-t-il un projet que vous auriez voulu réaliser au cours de votre carrière ? 

J’aurais beaucoup aimé travailler sur la noblesse sicilienne, mais à l’époque, le manque d’argent m’en a empêché. La nouvelle culture du projet, qui permet aux historiens de se consacrer totalement à leurs recherches, est tout à fait différente. Cela n’était pas encore possible à l’époque. J’aurais aussi aimé faire l’histoire économique des fortunes des nobles, mais les conditions ne s’y sont jamais prêté.

Pour terminer sur une note plus joyeuse, si vous aviez la possibilité de rencontrer un personnage historique, lequel choisiriez-vous ?

Je pourrais commencer par vous dire quels personnages je ne voudrais pas rencontrer. Napoléon, Louis XIV, je m’en passerais bien. Mettons ensuite de côté Ménétra et Hardy, car il est évident que j’aurais beaucoup de choses à leur dire.

J’ai rencontré bon nombre d’individus sympathiques dans mes académies de province, mais je pense que ça me plairait bien de rencontrer Montesquieu, beaucoup plus que de rencontrer Voltaire ou Rousseau. Turgot aussi, est un personnage fascinant, pour son rôle joué dans la classe politique et intellectuelle… Non, c’est trop difficile de vous répondre, il y aurait beaucoup trop de candidats !

Nouvelle parution: « Jean-Pierre Bois. L’abbée de Saint-Pierre. Entre classicisme et Lumières »

 

Longtemps considérée au mieux par l’historiographie comme l’expression loisible des historiens dilettantes et, au pire, comme la progéniture d’une méthodologie vétuste vouée à réifier le culte des grands hommes au détriment d’une vision plus englobante et anthropologique de l’histoire, la biographie a su retrouver depuis quelques années déjà ses lettres de noblesse auprès du milieu académique.

Paru le 18 mai dernier chez Champ Vallon, cet ouvrage de Jean-Pierre Bois consacré à Charles-Irénée Castel, dit l’abbé de Saint-Pierre, nous apparaît à cet égard digne de mention, précisément parce que son sujet incarne par l’essence de sa pensée réformatrice l’expression de cette fameuse crise de la conscience européenne (P. Hazard), point de jonction entre le conservatisme classique et le cosmopolitisme curieux des Lumières.

Il va donc sans dire que la portée de cette biographie ambitieuse ne peut être confinée à un simple enchaînement d’ordre factuel puisque, loin de l’hagiographie consensuelle, il s’agit plutôt d’explorer réciproquement le rapport entre les fondements intellectuels de cet esprit trop peu connu et l’époque qui l’a vu éclore. Nous avons donc ici une biographie qui s’insère parfaitement dans le champ renouvelé d’une histoire des idées de plus en plus axée sur les pré-Lumières (Ann Thomson, Stephane Van Damme, Jonathan Israel), l’abbé de Saint-Pierre retrouvant sous la plume de M. Bois la place qui lui revient au côté d’imminents prédécesseurs tels Descartes, Newton et Locke. Bonne lecture!

Présentation de l’ouvrage sur la page de Champ-Vallon

À venir! Atelier «The Design of Historical Data Projects » à l’Université McGill.

En porte-à-faux de l’histoire et de l’informatique, c’est le 8 août prochain que se tiendra un atelier réunissant divers chercheurs en humanités numériques, nommément Jamie Folsom (PSS LLC), Pascal Bastien (UQÀM), Julien Puget (UQÀM), Benjamin Deruelle (UQÀM), Jeffrey Ravel (MIT) et Sara Harvey (University of Victoria).

Intitulée « The Design of Historical Data Projects », cette activité se déroulera en français et en anglais autour d’axes méthodologiques et théoriques liés à la mise en place et au développement de deux grands chantiers d’histoire numérique présentement en cours : le Laboratoire Paris XVIII – auquel est associé le GRHS – ainsi que The Comédie-Française Register Projects, titanesque entreprise d’archivage de documents se rapportant au théâtre parisien. Cet espace d’échanges collaboratifs sera donc l’occasion propice d’élaborer des stratégies et des pistes de solutions afin de faciliter l’accessibilité de ces données aux chercheurs. Le grand public n’est cependant pas en reste, puisqu’il est cordialement convié à venir débattre et partager ses idées avec les intervenants de 9:00 à 13:00 au local 109 de l’édifice Leacock de l’Université McGill.

Vous trouverez en pièce jointe un descriptif de l’activité ainsi qu’un lien pour consulter le projet de registre d’archives de la Comédie -Française. Au plaisir de vous y voir en grand nombre!

Page de l’événement

Projet d’archives de la Comédie-Française

 

Nouvelles perspectives…

Aujourd’hui, je me permet un léger dévoiement de la trajectoire académique historique classique pour tremper l’orteille dans le monde fascinant, et parfois intimidant, de l’histoire de l’art.

Intervenant ici sur l’invention de la perspective au cours de la Renaissance italienne, le regretté Daniel Arasse – auteur notamment de l’important ouvrage La Guillotine et l’imaginaire de la Terreur – se révèle un merveilleux guide pour quiconque souhaitant s’initier à cette discipline dont les intérêts se juxtaposent parfois à ceux de l’histoire, toute époque confondue. Tel Charon, M. Arasse nous mène en barque sur les flots parfois glacial d’un fleuve pas toujours placide, mais qui sous les feux de sa lanterne, s’anime d’une chaleur bienveillante pour notre plus grand plaisir. Bonne écoute!

L’entrevue: Daniel Arasse-Histoires de peintures

L’été, c’est fait pour jouer…

Chers lecteurs-trices, vous aurez sans doute remarquez une baisse considérable du volume d’articles publiés sur ce blogue, situation pouvant notamment s’expliquer par l’arrivée inopinée de l’été sur le sol québécois. Les auteurs ont en effet profiter de ces quelques moments de répis ensoleillés afin de faire le plein de vitamine E et revivifier leurs mines hâves avant le début de la session d’automne.

Néanmoins, n’ayez crainte, puisque dès la semaine prochaine, agrémentée de fortes précipitations, nous reprendrons dans la joie et l’alégresse notre rythme de vie casanier, situation se traduisant notamment par une reprise des activités régulières sur cette page.

À tout bientôt, et au plaisir de reconnecter avec vous!

Mathieu

Entrevue avec Benjamin Deruelle

Dans le cadre de l’école d’été du GRHS qui s’est déroulée à Paris du 21 au 27 mai dernier, j’ai eu la chance de m’entretenir brièvement avec M. Benjamin Deruelle, professeur d’histoire moderne à l’UQÀM. Spécialiste de l’histoire militaire du XVIIe siècle, M. Deruelle est également l’un des organisateurs et moniteurs de ce projet d’échange axé sur l’intégration de notions associées au domaine faste des humanités numériques. Voici donc une retranscription de cette conversation dont l’objectif consistait à faire le point sur certains enjeux liés à la mise sur pied de cette activité.

M. À la suite du succès de cette deuxième édition d’une formule qui, ma foi, commence, à être éprouvée, j’aimerais que vous m’expliquiez comment la collaboration entre le PIREH (Paris 1 Panthéon Sorbonne) et le GHRS (UQÀM) s’est tout d’abord nouée, et comment vous, Benjamin Deruelle, en êtes venu à vous intéresser aux humanités numériques ?

B. La première chose, c’est que j’ai commencé à travailler dans le supérieur, à Paris 1, en 2005, où j’ai travaillé pendant longtemps dans l’équipe de Jean-Philippe Genet en histoire et en informatique avec Stéphane Lamassé et Julien Alerini. Ensuite, je suis parti à Lille où j’ai continué dans cette même veine avec Léo Dumont et Gaétan Bonnot. Quand je suis finalement arrivé à l’UQÀM, j’ai commencé à travailler avec Pascal Bastien, parce que nous avons des centres d’intérêts communs à l’histoire moderne, mais aussi avec l’envie partagée de développer toutes les questions qui tournent autour de l’usage de l’informatique en histoire à l’UQÀM. Donc, comme nous avions développé lorsque j’étais à Paris 1 un modèle d’école d’été qui fonctionnait très bien, nous avons envisagé de monter ce même modèle à cheval sur l’Atlantique pour créer un pont entre l’UQÀM et l’Europe.

M. Et de fait, il semble y avoir un manque à cet égard à l’UQÀM puisque, bien que votre présence puisse venir palier à l’absence de ressources en humanités numériques, aucun cours de ce type n’est à ma connaissance dispensé par le département d’histoire. Est-ce que c’est dans les plans ?

B. Il y a le cours HIS8008, qui est ouvert aux étudiants de la maîtrise et doctorat, qui existe depuis un certain nombre d’années à l’UQÀM mais qui n’a pas été donné avec une orientation axée sur les méthodes informatiques de recherche en histoire. Effectivement, mon arrivée à l’UQÀM va faire en sorte que, dès l’année prochaine, il sera donné de façon régulière.

M. Voilà donc une excellente nouvelle ! Finalement, en discutant avec certains de mes collègues au cours de la dernière semaine, une préoccupation qui revenait ponctuellement concernait la place que doit occuper l’informatique dans le travail de l’historien, à savoir s’agit-il simplement d’un outil ou bien d’une méthode qui en vient à modifier notre rapport à la source ?

B. C’est les deux. Parce que c’est un outil que l’on ne peut pas utiliser si on ne maîtrise par une méthode. C’est un ensemble de méthodes qui nous amène, nous historiens, à mobiliser un certain nombre d’outils pour faire de l’histoire. Et c’est là que la rupture entre quantitatif et qualitatif est superficielle, parce que vous pouvez l’utiliser sans aucune méthode, sans aucune connaissance épistémologique de la statistique ou d’un tableur, puisque la question consiste à interpréter les données que vous allez produire.

M. Benjamin Deruelle, merci.

 

Les impressions d’une participante de l’École d’été en humanités numériques à Paris

J’ai eu la chance de participer à la deuxième édition de l’école d’été sur les Humanités numériques qui s’est déroulée à Paris du 22 au 26 mai. Cette école, nommée Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, représentait pour moi l’occasion unique de me familiariser avec plusieurs outils numériques utiles dans ma pratique historienne et dans la rédaction de ma thèse. Voici donc mes quelques impressions sur cette formation inspirante !

Continuer la lecture de Les impressions d’une participante de l’École d’été en humanités numériques à Paris

Compte rendu de l’École d’été du GRHS 2017

 

C’est vendredi dernier que le rideau est tombé sur la deuxième édition de l’école d’été du GRHS qui, cette année, se tenait à Paris du 22 au 26 mai. Fruit d’une collaboration fructueuse avec le PIREH et l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne (lieu névralgique des activités), les différentes classes qui se sont succédées à un rythme effréné au cours de cette semaine particulièrement intensive avaient pour objectif d’initier les étudiants et étudiantes aux problèmes pratiques et théoriques entourant la création d’une base de données numérique en histoire.

Ainsi, une dizaine d’étudiants québécois – dont la majorité étaient par ailleurs présents à la première édition de l’an dernier à Montréal, signe d’un certain succès – ont eu la chance de se pourvoir des enseignements judicieux dispensés par une équipe de choc constituée de Stéphane Lamassé (Paris 1), Benjamin Deruelle (UQAM), Léon Robichaud (Université de Sherbrooke), Léo Dumont (Paris 1) et Gaëtan Bonnot (Paris 1). Au cours de la semaine qui suit, mes collègues du blogue et moi-même vous proposerons une série d’articles pour vous faire part de la nature des activités dispensées et pour vous témoigner du plaisir et de la collégialité ressenties par ceux et celles qui ont eu la chance (et je pèse mes mots) de participer à cette aventure exceptionnelle.

En attendant, voici un résumé de la programmation scientifique de l’événement sur la page du GRHS

 

 

Nouvelle parution: Benjamin Deruelle et Arnaud Guinier (Dir.). « La construction du militaire: Cultures et identités combattantes en Europe de la guerre de cent ans à la seconde guerre mondiale (Vol. 2) »

Difficile de ne pas être chauvin lorsque vient le temps de promouvoir un ouvrage auquel a contribué de manière active l’un des membres du GRHS. Néanmoins, l’objectivité, ici mâtinée d’une certaine pudeur, nous oblige a passer outre ce léger conflit d’intérêt afin de témoigner de la qualité de cet ouvrage collectif co-dirigé par Arnaud Guinier et Benjamin Deruelle, professeur au département d’histoire de l’UQAM.

Deuxième volume d’une série consacrée aux relations  nouant  les pratiques et les représentations de la guerre aux identités individuelles et collectives des combattants, ce livre collige divers articles rédigés dans une perspective diachronique, avec pour objectif d’offrir un panorama polychrome et nuancé de la diversité des cultures d’armes, des identités professionnelles et des sentiments d’appartenance caractérisant les figures du soldat européen des temps modernes.

Nous souhaitons donc à tous les collaborateurs de cette entreprise de publication beaucoup de succès dans cette aventure!

Groupe de recherche en histoire des sociabilités